Accueil » Cinéma » Critiques » La Triquite – Birdman
Cinéma Critiques

La Triquite – Birdman

Parce que je ne vais pas voir que des Blockbusters ou autres films de super-héros classiques, je vais aujourd’hui faire une critique d’un autre genre. Un film justement récompensé meilleur film, meilleur scénario, meilleure photographie, et meilleur réalisateur pour Alejandro González Iñárritu au Oscar 2015. Il s’agit bien entendu de Birdman !

Birdman-cover

L’envol de l’oiseaux

Attention ! Bien que son titre puisse porter à confusion, notamment avec l’âge d’or des films super-héroïques que nous vivons en ce moment, Birdman n’est pas un film de super-héros ! C’est l’histoire d’un ancien acteur de super-héros, qui a d’ailleurs tendance d’être jaloux du succès qu’ont les super-héros de nos jours, et qui essaye de relancer sa carrière d’une façon plus classique, le théâtre ! Nous suivons donc son parcours pour revenir sur le devant de la scène, un parcours qui ne sera malheureusement pas sans embûche.

C’est donc comme cela que l’histoire commence et nous emporte dans le monde du théâtre, mais aussi celui du milieu hollywoodien qui est largement critiqué ! Oui, Birdman peut être pris comme une critique du milieu cinématographique en général, mais aussi celui des scènes de Broadway souvent vu comme assez fermé. Quoi qu’il arrive, tout le monde se retrouve rapidement sur le même piédestal, vis-à-vis de l’histoire du personnage que nous suivons. Nous suivons donc une petite partie de la vie de Riggan Thomson, incarné par Michael Keaton, qui se trouve être justement une partie décisive de sa vie. Le scénario est donc tout logiquement assez linéaire, et comme dans la vraie vie, il prend parfois des chemins inverses à celui qu’il suivait précédemment. C’est ce qui fait la particularité de ce scénario et du film en général, le réalisme ! Vous avez dit réalisme ? Pas tant que ça finalement… Cette petite partie de vie mouvementée donne parfois des moments bien étranges, c’est là une autre particularité de Birdman. Rapidement, le film nous questionne et nous nous perdons avec lui. Est-ce vrai ? Dois-je vraiment me poser la question ? C’est là-dessus que repose principalement tout le concept de Birdman. Libre à vous de faire votre propre interprétation des choses et justement le scénario offre plusieurs niveaux de lecture qui pourrait rapidement vous faire perdre la boule !

birdman-01
Riggan Thomson était Birdman !

Bien entendu, tout cela n’existerait pas sans le personnage de Riggan Thomson, bien plus que son histoire, c’est aussi son esprit et sa façon de voir les choses qui sont interprétées dans le film. Tout cela donne un personnage étrange, perdu, et dépressif, rattrapé par ses démons qui resurgissent du passé. Un personnage jaloux aussi, jaloux de ce qu’il n’est pas devenu, un acteur raté en somme ! Eh si en réalité, le réalisateur Alejandro González Iñárritu montrait à travers ce personnage sa vision « à moitié honnête » des choses ? Les autres personnages quant à eux ont chacun un rôle précis pour mettre en doute les idées que se fait Riggan Thomson, et par la même occasion, nous mettre nous aussi en doute. Et Birdman dans tout ça ? Birdman est en quelque sorte l’incarnation personnifiée de la liberté dont rêve Riggan Thomson au plus profond de lui, mais encore une fois, tout peut dépendre de la vision des choses qu’a le spectateur et donc de son interprétation.

Scène unique

Comme j’ai tendance à me tourner généralement vers la réalisation dans les films, c’est encore une fois la réalisation de Birdman m’a impressionné. En plus d’avoir une excellente mise en scène du début à la fin, ce qui donne d’ailleurs très souvent des scènes d’acting absolument exceptionnel, Birdman a aussi une autre particularité… Le film a tout simplement qu’une seule et unique scène. Même si nous pouvons effectivement le repartir sur plusieurs scènes distinctes, cela n’empêche que le film est un plan-séquence du début à la fin. Une véritable prouesse technique qui a bien évidemment des coupures tôt ou tard, mais grâce à un montage astucieux, celles-ci ne se voient pas ! Nous ne verrons donc pas une seule coupure ou fondue pendant le film, Alejandro González Iñárritu préfère accélérer le temps plutôt que de faire une simple coupure pour passer à la scène suivante.
Ce seul et unique plan-séquence donne une nouvelle dimension au film, ce qui renforce l’immersion et le réalisme. Tout cela nous offre aussi une mise en scène beaucoup plus théâtrale. Le fait de suivre le personnage sans coupure renforce aussi le rapport que nous avons avec lui, vivre tout ce qu’il vit dans le moindre détail à chaque seconde nous attache encore plus au personnage.

Allez, juste pour le kiff !

Tous ces personnages sont d’ailleurs chacun parfaitement interprétés par leurs acteurs respectifs. Michael Keaton, qui incarne donc Riggan Thomson, fait un double come-back pour Birdman. Double, parce que non seulement, il incarne un personnage qui essaie tant bien que mal de faire son come-back, mais aussi parce que c’est son véritable et génialissime come-back dans la vraie vie. Michael Keaton a d’ailleurs beaucoup de points communs avec Riggan Thomson, lui aussi a incarné autrefois un super-héros et lui aussi a eu un peu de mal pour revenir sur le devant de la scène, mais cette fois c’est la bonne ! Mention spéciale aussi pour le cri de Birdman ! Dans le cas des autres acteurs, certains sortent bien plus du lot que d’autres, notamment Edward Norton et Emma Stone qui offrent tous deux une performance remarquable !

Rythmé par le Jazz

Tout est dans le titre ! Birdman s’offre une bande-son soft, pas de thème ou autres trucs de Blockbuster, non, ça on n’en veut pas. Une batterie Jazz rythme le film du début à la fin et quand je dis rythme ce n’est pas pour rien ! Chaque petit changement dans le film comme, par exemple, le changement d’humeur d’un personnage, se répercute directement sur le rythme de batterie. Le reste de la bande-son est une ambiance Jazzy qui représente bien cet esprit Broadway.


Conclusion Que dire de plus, si ce n’est que Birdman mérite largement ses Oscars ! Une véritable prouesse au niveau de sa réalisation, une histoire qui ne laisse pas indifférent. Birdman est bien plus qu’un film, c’est une expérience réussite ! Birdman dépeint le monde du cinéma au travers une histoire touchante et souvent farfelue qui donne encore maintenant à réfléchir. Alejandro González Iñárritu ne nous présente pas un film de super-héros, je l’avais bien dit… Il nous présente une expérience cinématographique hors du commun !

À propos de l'Auteur

BuZbUz

L'auteur : BuZbUz
Autodidacte avant tout, il est passionné de Musique, Cinéma, et de Jeux Vidéo. Artiste dans l’âme, il a choisi la Lune comme habitat, la vue étant bien meilleure.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour laisser un commentaire

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux !